Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant

trouver vous cet article utile

2 - 100%
0 - 0%
0 - 0%
 
Total des votes: 2
avatar
Philippe
Dauphin
Dauphin
Masculin Messages : 436
Age : 51
Humeur : tu sais ce qui dit l'cassis...
http://www.energie-planete.com

LE FER, hydroxyde de fer pour les plantes

le Dim 26 Jan - 13:01
LE FER
Le fer représente 4,7 % de la masse de la croûte terrestre et arrive ainsi en 4e position de tous les éléments. Dans la constitution du corps humain le fer entre en masse relativement importante (4 à 5 gr.) presque entièrement fixée au centre de la porphyrine qui forme l'hémoglobine (pigment rouge des globules du sang des vertébrés et de quelques invertébrés).
Le fer est donc d'une importance capitale pour les êtres vivants et très important pour les plantes. Les poissons se pourvoient en fer à travers la nourriture absorbée qui contient en règle générale la quantité nécessaire pour éviter toute insuffisance, car à ce jour on admet qu'aucune maladie de poisson ne peut être imputée à un manque de fer. L'assimilation du fer par les plantes se complique singulièrement car celles-ci doivent se pourvoir en retirant le fer contenu dans l'eau sous forme composée et soluble (Fer II+). Voyons à présent comment nait ce composé du fer qui est directement assimilable sous cette forme. L'eau de surface, et particulièrement l'eau de pluie, se combine au dioxide de carbone (gaz carbonique C02) de l'air. Devenue ainsi une solution légèrement acide (pH 5,5) cette eau perd son oxygène sous l'influence de plusieurs facteurs en pénétrant dans le sol et dans le sous-sol. Sous cette forme, l'eau est capable de produire une réaction de réduction du fer difficilement soluble en composés ferreux (Fer II), ferriques (Fer III) ou ferrates (Fer IV) selon le degré de réduction. La forme composée Fer II nous intéresse particulièrement car ses ions sont à même d'être "transportés" par l'eau et on peut relever des concentrations jusqu'à 1 mg/1.
Tout ce processus de transformation du fer s'opère à l'abri de l'air. En suivant cette eau on pourra constater qu'en réapparaissant à l'air libre (sources) le composé de fer se transforme en hydroxyde de fer difficilement soluble sous l'influence de l'oxygène de l'air. Ceci se remarque surtout près des sources ferrugineuses où les cailloux et le sable sont recouverts d'une fine couche rouge-brun d'hydroxyde de fer précipité. Dans l'aquarium, que ce soit dans l'eau, dans le sol ou plus particulièrement dans le dépôt organique recouvrant le sol, l'hydroxyde de fer est présent en abondance.
On peut lire assez souvent que cette réserve de fer n'est pas assimilable par les plantes, ceci n'est vrai que partiellement. L'hydroxyde de fer n'est pas totalement insoluble mais seulement très difficilement soluble, il n'existe d'ailleurs pratiquement pas d'élément insoluble. Il y a toujours une quantité d'ions ferriques dans l'eau et donc disponsibles à l'assimilation pour les plantes. Il existe donc un équilibre constant entre fer dissout et fer insoluble. De nouveaux ions ferriques sont donc produits en continuité mais pas au rythme de consommation d'une végétation dense.
De tels bacs nécessitent un apport de fer assimilable que l'hydroxyde environnant ne peut fournir.
Pour cette fertilisation complémentaire on utilise des complexes ferriques où le Fer II est protégé temporairement contre l'oxydation et reste donc à disposition des plantes. Ce rôle de protection anti-oxydante est rempli par un "enrobage" du complexe ferrique par des chélates. Parmi les chélates utilisés, le plus connu est commercialisé sous le nom EDTA, celui-ci protège particulièrement bien les complexes ferreux Fer III également assimilé par les plantes. Voyons de près la thèse de KRAUSE qui recommande une eau d'aquarium relativement pauvre en oxygène dissout, ceci dans le but d'augmenter la disponibilité des fertilisants assimilables. En principe les ions ferriques sont produits en milieu anaérobi. On peut admettre que 1 mg/I d'oxygène dissout dans l'eau constitue la quantité minimale nécessaire à la vie des poissons. Ce minimum suffit déjà amplement pour oxyder, donc transformer les ions ferriques en hydroxyde de fer très peu soluble.
Je recommande donc une faible quantité d'oxygène dissout afin de limiter l'oxydation mais également de favoriser une réduction donc inverser le processus (hydroxyde de fer ions ferriques. Fer II'). Cette inversion ne se produit que sous l'influence de plusieurs facteurs
- Eau très douce (TH très faible)
- Eau pauvre en oxygène dissout
- Eau légèrement acide
Ces conditions favorables à la production de Fer II assimilable pour les plantes mènent à la mortalité de poissons.Lors d'une expérience on a dû remonter très fortement le taux d'oxygène ainsi que la dureté de l'eau afin d'enrayer l'hécatombe. Selon ces constats, il est donc dangereux de vouloir maintenir un faible taux d'oxygène dissout dans l'eau. Il est de loin préférable de fertiliser avec du fer chelaté même si l'eau de conduite servant aux changements périodiques contient le maximum admis pour l'eau potable et théoriquement suffisant pour les plantes soit 0,2 mg/I. Pour obtenir les conditions optimales de fertilisation par le fer, il est recommandé une concentration de 0,1 à 0,5 mg/I. Valeur maximale à ne pas dépasser 1,5 mg/I.

c'est pour cela que [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] prépare son engrais a base de fer dans des cuves dédiées à cette usage,  en petite bouteille a ajouter dans votre aquarium pour réduire les effets néfastes de cette méthode.





liens vers le fer, traduction et utilisation du fer dans tous ces états.



_________________
Philippe

Sebduino sous Arduino, L'automate de gestion aquariophile pour Invité [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum